Maïs génétiquement modifié NK603 : rejet officiel de l’étude « Séralini »

Par P.-E. Bouillot

Dans un avis récent, l’autorité européenne de sécurité des aliments (EFSA selon l’acronyme anglais) a considéré que l’étude « Séralini » ne pouvait être considérée comme scientifiquement fondée. Voyons ce que cela signifie.

En matière de sécurité sanitaire des aliments, l’Union européenne s’est dotée en 2002 d’un système d’analyse des risques afin de protéger la santé et la vie des personnes (Règlement (CE) 178/2002). Ainsi les risques alimentaires sont évalués au regard des preuves scientifiques disponibles. Ces dernières doivent être le produit d’études scientifiques menées de manière indépendante, objective et transparente par l’EFSA ou d’autres organismes répondant à ces conditions. Au vu des résultats de cette évaluation, les mesures nécessaires sont mises en œuvre (retrait des produits commercialisés, interdiction de mise sur le marché…).

Dans son avis, l’EFSA s’est définitivement prononcée sur les qualités scientifiques de l’article publié par Séralini et al., qui soulevait des préoccupations quant à la toxicité potentielle du maïs génétiquement modifié NK603 et d’un herbicide contenant du glyphosate. L’étude mettait notamment en évidence un lien entre la consommation de ce maïs et la survenance de cancers chez les rats.

C’est plus particulièrement dans le cadre de sa mission d’examen de tous les documents scientifiques pertinents en relation avec l’évaluation des risques associés aux OGM, que l’EFSA a rendu son avis. Elle y pointe les lacunes méthodologiques et dans la conception de l’article et de l’étude en général (objectifs obscurs, échantillonnages insuffisants…). Ces conclusions ont été confirmées par d’autres organisations issues de six États membres. Dès lors, l’autorité européenne a estimé qu’il n’était pas nécessaire de réexaminer les évaluations précédentes de la sécurité du maïs génétiquement modifié NK603.

Finalement, si la publication de l’étude a beaucoup animé la société civile, elle ne sera pas prise en compte comme un « avis scientifique divergent », ce qui aurait remis en question l’autorisation de cet OGM. Ainsi, en l’état actuel de l’étude et du point de vue officiel, c’est comme si cette étude n’avait jamais existé, indépendamment du doute qui pourrait persister chez les consommateurs.

Cet article, publié dans Actualités, Catégories, est tagué , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Un commentaire pour Maïs génétiquement modifié NK603 : rejet officiel de l’étude « Séralini »

  1. Ping : The European Food Safety Authority in the tenth anniversary | Le blog du Programme Lascaux

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s